12Juil/12

Brevet professionnel d’animateur social : un secteur porteur d’emplois

Le CFAI forme aussi des animateurs sociaux. Ça tombe bien : on en cherche.
Seul centre de formation des apprentis interprofessionnel de la région à proposer le brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et des sports (spécialité animation sociale), le CFAI des Ardennes ouvre les inscriptions pour sa quatrième promotion qui débutera en septembre 2012. La formation, d'une durée de dix-huit mois, consiste à professionnaliser un animateur en maison de retraite, centre social ou en général pour un public en difficulté. « Il y a différents modules qui ont trait à l'animation, à la préparation à des publics spécifiques, comme des détenus, par exemple, avec des mises en situation », explique Franck Manière, responsable pédagogique. Intervenants extérieurs, éducateurs spécialisés, tous issus du monde professionnel, viennent former les apprentis. « Les intervenants sont vraiment le point fort de la formation », précise Béatrice, apprentie de la troisième promotion. « Ça nous a beaucoup appris ». Le diplôme s'obtient en alternance. Sur les dix-huit mois de formation, 20 semaines sont consacrées aux cours au CFAI, le reste est dédié au travail en entreprise.
Tous les types de profils se retrouvent dans cette formation. « Cette année, nous allions du jeune apprenti de dix-huit ans à une dame de 48 ans qui souhaitait un changement professionnel ». Cette dame, c'est Joëlle. Jusque-là, elle travaillait dans la prothèse dentaire. « Je faisais un peu d'animation, et mon travail ne me plaisait pas vraiment », explique-t-elle. « Je pensais être trop vieille pour suivre cette formation, mais j'ai été agréablement surprise. J'ai obtenu de mon employeur un congé de formation, et j'ai beaucoup appris. Ça n'a été que du positif ».
Les apprentis sont évalués sur des épreuves où doivent être montés des projets réels, avec gestion d'équipe, sécurité du public, ou encore des études de cas et des mises en situation. Le tout est noté par un jury de professionnels, qui s'est réuni vendredi.
Douze des quatorze stagiaires ont obtenu leur diplôme, soit 85,17 % de réussite. « La plupart des apprentis trouvent un travail immédiatement après leur sortie », souligne Franck Manière. « Certains en trouvent même avant la fin. C'est un secteur porteur d'emplois ».
Et avec les récentes - et à venir - constructions de maisons de retraite dans les Ardennes, la demande en animateurs sociaux devrait encore augmenter.

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant